Le récit des combats

Les combats ont mis aux prises soit des corps d’armée soit des divisions tout au long de la campagne de 1914.

L’équipée du corps de cavalerie Sordet (6 août - 7 septembre 1914)

Le plan XVII prévoit la constitution d’un corps de cavalerie concentré dans les Ardennes françaises. Dès la violation du territoire belge par l’armée allemande, il pénètre en Belgique. Il va ensuite devoir effectuer un périple, selon les ordres reçus du G.Q.G., qui va l’amener dans plusieurs provinces belges, avant d’effectuer une retraite jusqu’à Paris.

(Lire la suite...)


Combat de Mangiennes (10 août 1914)

La cavalerie de la Ve armée allemande explore la région au nord de Verdun en avançant vers l’ouest. Une rencontre se produit avec les troupes françaises qui viennent de se déployer dans la région. Le village de Mangiennes est âprement disputé.

(Lire la suite...)


Combat de Lagarde (10 - 11 août 1914)

Le combat de Lagarde est un des premiers combats de la guerre de 1914 - 1918. A cette époque, Lagarde fait partie de l’empire allemand. Deux bataillons de la 59e brigade doivent s’emparer de la localité, alors que la concentration de la IIe armée n’est pas encore terminée.

(Lire la suite...)


Combat de Halen (12 août 1914)

Le combat de Halen (anciennement Haelen) voit l’échec du C.C. von der Marwitz contre la D.C. belge. Pour emporter rapidement la décision, les cavaliers allemands chargent contre les guides et lanciers belges qui ont mis pied à terre. Les régiments allemands sont décimés par le feu et ne renouvelleront plus ce genre de tentative. La leçon de ce combat est que les cavaliers sont impuissants à lutter contre l’infanterie retranchée. Désormais, ils se limiteront à des missions de reconnaissance.

(Lire la suite...)


Combat de Dinant (15 août 1914)

L’armée de Lanrezac (Ve) est remontée jusqu’à la Sambre. Pour couvrir son flanc, elle doit garder la Meuse. L’armée de von Hausen fait mouvement vers l’ouest et doit traverser la Meuse. Elle est précédée par la cavalerie et les chasseurs. Une rencontre se produit à Dinant.

(Lire la suite...)


Combat de Sint-Margriete-Hautem (18 août 1914)

L’armée belge se trouve sur le chemin de la Ie armée allemande. Forte de six divisions, elle a en face d’elle six corps d’armée actifs suivis de cinq corps d’armée de réserve. Au risque d’être encerclée, elle doit retraiter vers la place forte d’Anvers. Les Allemands réussissent à accrocher l’arrière-garde. Le 22e régiment de ligne doit se sacrifier pour permettre au reste de l’armée de se dégager et perd 2.200 hommes.

(Lire la suite...)


Combat de Roselies (21 - 23 août 1914) - bataille de Charleroi

Le combat de Roselies est un épisode de la bataille de Charleroi. Les généraux de corps d’armée reçoivent l’ordre du général Lanrezac de faire garder les ponts de la Sambre par des sections mais de laisser les gros sur la rive sud de la rivière. Les Allemands bousculent les sections et traversent la Sambre. Le général Verrier veut à tout prix reprendre les ponts et lance des attaques.

(Lire la suite...)


Combat d’Arsimont (21 - 23 août 1914) - bataille de Charleroi

Le combat d’Arsimont est un épisode de la bataille de Charleroi. La 19e division est chargée de garder les ponts de la Sambre vers Auvelais - Tamines. Les Allemands profitent d’un pont non gardé pour franchir la rivière. La division va s’épuiser en vaines tentatives pour les reprendre.

(Lire la suite...)


Combat de Carnières - Collarmont (22 août 1914) - Bataille de Charleroi

Alors que l’ensemble de la Ve armée française se trouve le long de la Sambre, une brigade se trouve isolée au nord du fleuve, en avant-garde pour protéger le repli du corps de cavalerie Sordet. Elle se fait attaquer par cinq régiments allemands.

(Lire la suite...)


Combat de Lobbes (22 - 23 août 1914) - bataille de Charleroi

Le 18e C.A. forme l’aile gauche de la ve armée française, et garde le secteur de Lobbes et de Thuin. Il se fait attaquer par deux C.A. allemands mais n’opère de retraite qu’après une vive résistance, sur ordre du général Lanrezac.

(Lire la suite...)


Combat de Rossignol (22 août 1914)

Ce combat est un épisode de la bataille de Neufchâteau. L’avant-garde de la IVe armée s’engage dans la forêt des Ardennes pour tenter de couper en deux l’armée allemande qui s’oriente vers l’ouest. La brigade coloniale pénètre dans la clairière de Rossignol mais tombe dans un traquenard.

(Lire la suite...)


Combat de Virton (22 août 1914)

Le combat de Virton est un épisode de la bataille de Longwy - Neufchâteau, mettant aux prises la 8e division du 4e C.A. français (général Boëlle) et une partie du 2e C.A. (général Gérard) avec le 5e C.A. allemand (général von Stranz). Le combat va rester indécis mais entraînera de grosses pertes dans l’armée française

(Lire la suite...)


Combat d’Ethe (22 août 1914)

Le combat d’Ethe se déroule dans le cadre de la bataille de Longwy - Neufchâteau. Conformément aux ordres de Joffre, les troupes de la IVe armée française traversent la frontière belge pour pénétrer dans les Ardennes. Au débouché d’Ethe, les troupes françaises se heurtent aux Allemands, bien équipés d’artillerie.

(Lire la suite...)


Combat d’Ochamps - forêt de Luchy (22 août 1914)

Le combat d’Ochamps - Forêt de Luchy est épisode de la bataille de Neufchâteau - Longwy. En progressant vers le nord comme toute la IVe armée, le 17e C.A français (général Poline) affronte le 18e C.A. allemand (von Schenck), qui vient d’infléchir sa marche vers le sud.

(Lire la suite...)


Combat de Maissin (22 août 1914)

Le combat de Maissin est un épisode de la bataille de Longwy - Neufchâteau, mettant aux prises le 11e C.A. français contre une partie du 18e C.A. allemand.

(Lire la suite...)


Combat d’Elouges - Audregnies (24 août 1914)

Ce combat a eu lieu pendant la retraite de l’armée anglaise. Une charge de cavalerie tente de dégager les fantassins, fortement pressés par ls Allemands nettement plus nombreux.

(Lire la suite...)


La première sortie d’Anvers (24 - 26 août 1914)

Albert Ie sait que le général Joffre compte mener une offensive dans le sud de la Belgique, dans les Ardennes et la région de Charleroi. Il décide de seconder l’action des alliés en portant ses divisions à l’attaque des lignes allemandes établies au sud d’Anvers.

(Lire la suite...)